Comme vendeur, suis-je libre d'accepter ou de refuser toute promesse d'achat qui m'est présentée?

7 mai 2017

Les négociations entourant l'achat d'un immeuble peuvent-elles durer longtemps?

Les négociations, c'est un peu comme une partie de tennis : offres et contre-offres se succèdent jusqu'à ce qu'une entente interviennent entre les parties. En tant que vendeur d'un immeuble, vous pouvez accepter ou refuser toute promesse d'achat qui vous est présentée. Vous avez également la possibilité de présenter une contre-proposition à l'acheteur pour indiquer que vous refusez la promesse d'achat, mais que vous voulez poursuivre les négociations sur une base plus acceptable pour vous.

Avant de penser à faire une contre-proposition, le vendeur doit bien analyser ce qui lui est présenté et voir ce qui est acceptable. Comme au tennis, il peut très bien se faire servir un as dès le premier service. Il ne faut pas le manquer.

Si le vendeur décide de faire une contre-proposition, l'échange peut se prolonger jusqu'à ce que les deux parties signent une entente qui les liera. Ce document sera constitué de la promesse d'achat telle qu'elle a été modifiée par la dernière contre-proposition acceptée.


Une fois que le vendeur ou l'acheteur a fait une contre-proposition, de combien de temps dispose l'autre partie pour l'accepter ou la refuser?

Il existe des conditions d'acceptation qui précisent tout ces détails. Comme pour la promesse d'achat, le délai d'acceptation de la contre-proposition établit la date et l'heure limite fixées pour l'accepter. Pendant ce délai, celui qui a déposé la contre-proposition ne peut la retirer.

Source OACIQ

| Gatineau | Hull | Aylmer | Achat d'une Maison | Propriété Résidentielle | Courtier Immobilier | Keller Williams | Outaouais |

ACCUEIL

Vente conseils